Expiration d’un swap d’or de 1.7 milliards $ pour le Venezuela

27 octobre 2017


Cette opération a permis au Venezuela d’obtenir 1,2 milliards de $

Le Venezuela, ce mois-ci, a laissé expirer un swap d’or de 1,7 milliards $ avec la banque allemande deutche Bank. Pour commencer, selon un député de l’opposition, qui a déclaré que cela affaiblissait le bilan de la banque centrale de ce pays de l’OPEP en crise. D’une part, cette opération avait permis au Venezuela d’obtenir 1,2 milliards $ en cash. Le tout, en échange de 1,7 milliards $ d’ or en garantie. Dans l’optique d’améliorer la liquidité de ses réserves de change. Et donc, dans un contexte de lourds paiements de la dette extérieure et de bas prix du pétrole.

 

 

Le Venezuela a décidé de laisser ce contrat expirer

Le député Angel Alvarado a déclaré que l’expiration du contrat affaiblissait les réserves de change. Donc, ils approchent de leur niveau le plus bas en 21 ans. Tandis que le modèle économique socialiste du pays s’effondre sous les bas prix du pétrole.  » Le Venezuela a décidé de laisser ce contrat expirer. Nous  pensons que le gouvernement aurait pu mieux négocier ». La banque centrale doit recevoir 500 millions $ supplémentaires en cash. Et ceci, afin de refléter la différence entre le montant du prêt et la valeur de la garantie, a dit Alvaro, qui a obtenu ses informations via des sources dans le secteur financier. C’est ainsi que le Venezuela était censé payer 1,2 milliards $ à la mi-octobre pour récupérer l’r, a-t-il dit.

 

 

Le PDVSA et le Venezuela ont perdu jusqu’à 2,5 points

Le Venezuela et la société pétrolière PDVSA, propriété de l’état, doivent payer près de 3,5 milliards $. Tout d’abord, pour le service de la dette en octobre et novembre. Incluant des paiements arrivés à échéance de 2 milliard $. Alors que, les obligations ont attribué ce déclin à une augmentation de la nervosité liée au retard des paiements de coupons. Le lourd calendrier de paiements fait que le gouvernement manque de devises fortes pour l’importation de bien essentiels. Tels la nourriture et les médicaments, créant des pénuries de produits et laissant des millions de Vénézuéliens sans nourriture. Finalement, selon maduro le gouvernement est victime d’une guerre économique menée par des adversaire politiques. Car alimenté par les sanctions économiques de la part des Etats-Unis.