La demande d’Or physique s’effondre-t-elle vraiment

22 mars 2017


La demande pour les pièces et les petits lingots

Sans rire ? « Simon Black » ( un nom de plume ) vient d’écrire un article intitulé  » la demande d’or physique s’effondre ». Tout d’abord, il s’est focalisé sur les chiffres de la demande de pièces au détail. Avant tout, le contenu est en grande partie trompeur. En effet, vu qu’il se penche sur la demande de pièces d’or par rapport au marché papier de l’or. Nous ne connaissons pas vraiment l’intention de cet article. Et donc, son contenu est dépourvu! de toute pertinence sur la demande réelle mondiale d’or physique.

 

 

Le Prix de l’or

En premier lieu la demande pour les pièces et les petits lingots au détail baisse par rapport à l’an passé. Tout d’abord, deux facteurs peuvent expliquer cette situation. Premièrement, le prix. Il faut dire que les prix de l’or et de l’argent étaient plus bas au début de 2106 qu’ils ne le sont actuellement. Le prix de l’or en Février 2017 était en moyenne de 1 230-1 240 $. Tandis qu’un an plus tôt, il se situait à environ 1 175 $. Pour commencer, les acheteurs au détail de pièces d’or et d’argent sont très sensibles aux prix. Ainsi, ils ont tendance à ralentir leurs achats s’il grimpent trop. Donc, il n’est donc pas surprenant qu’il se soit vendu plus de pièces frappées l’an dernier. Cet effet prix sur la demande pour les pièces d’or et d’argent peut expliquer les 25 % de différence entre 2016 et maintenant.

Le second facteur est l’économie. N’oublions pas que l’utilisateur final des pièces et lingots frappés est principalement l’acheteur au détail. Au cours des deux premiers mois de 2017, les salaires réels ont décliné. Et donc, ce qui est encore plus négatif pour les ventes au détail de toutes sortes est que le revenu réel disponible a décliné, d’année en année. Et ce, depuis décembre 2015.

 

 

Les ventes au détail représentent la demande mondiale de l’or

Même si nous, à Shadow of Truth, ne considérons pas l’achat de métaux précieux comme étant  » discrétionnaire ». En effet, les ventes au détail, incluant les ventes de pièces de métaux précieux, dépendent fortement du niveau relatif de revenu disponible réel. Ainsi, encore une fois, cela ne devrait pas être une surprise que, en se basant sur la demande au détail pour le métal physique, les ventes au détail de pièces d’or soient en baisse.

D’autre part, cet article avance que les ventes au détail de métaux précieux représentent la demande mondiale d’or. Rien n’est plus éloigné de la vérité. La demande au détail n’a pas d’incidence sur les prix. Les primes sur le marché des pièces varient selon l’offre minière et la demande au détail.

La grande part de la demande d’or physique vient de l’industrie de la joaillerie. Mais aussi, des banques centrales de l’Est et des riches investisseurs sophistiqués ou institutionnels.